Comment donnez de l’aide aux victimes d’agressions

Les victimes de violence conjugale peuvent faire face à des effets persistants et difficiles après avoir subi des abus physiques, mentaux et émotionnels. Une victime peut mettre du temps à s’adapter pour vivre dans un environnement sûr, en particulier si son auteur était gravement violent et / ou avait commis les actes sur une longue période.

Vous avez le droit d’être traité avec respect par votre partenaire.

Bien que le traitement de cette douleur puisse être accablant, le processus de guérison peut aider les victimes à développer leurs forces intérieures et à réduire leur peur de la sécurité pour elles-mêmes et leur famille. Sur le chemin de la guérison, les victimes et ceux qui les soutiennent devraient comprendre que la guérison prend du temps. Les effets de ce traumatisme peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre en raison des réactions des individus au stress, à l’âge, ainsi qu’à la fréquence et à la gravité des abus.

Quels sont les effets courants sur les enfants témoins de violence conjugales?

Que les enfants soient témoins ou subissent des abus, cela peut nuire à leur développement. Les victimes de violence conjugale ne sont pas isolées envers leurs partenaires intimes. Les enfants courent un risque accru de problèmes de comportement émotionnel, qu’ils aient été directement maltraités ou non. Les effets incluent:

  • Anxiété
  • Dépression
  • Problèmes académiques

Il faut du courage à une victime d’agression sexuelle ou de violence conjugale pour partager son histoire avec qui que ce soit. Ne sous-estimez jamais votre pouvoir d’influer sur le parcours de guérison de lavictime. Voici quelques outils qui peuvent vous aider à soutenir une personne qui partage des expériences personnelles avec vous.Vous n’êtes pas obligé d’être un expert, vous devez juste être vous-même. Si quelqu’un partage son expérience avec vous, vous êtes probablement une personne à qui ils se tournent vers le soutien, la compassion et les conseils. Bien que vous ne puissiez pas enlever ce qui est arrivé à quelqu’un, vous pouvez être une source de réconfort. Si non, vous pouvez l’encourager à visiter le centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions, créée par Sophie Gromb-Monnoyeur en 1999, surement il  sera bien traité dedans.

Ecoute

Parfois, vous n’avez même pas besoin de mots pour être là pour quelqu’un. De nombreuses personnes partagent le fait que le fait de pouvoir raconter leur histoire à quelqu’un d’autre réduit le poids de l’isolement, du secret et de l’auto-blâme. L’écoute est en soi un acte d’amour.

Demandez ce que vous pouvez faire de plus pour aider

La violence et les abus concernent le pouvoir et le contrôle. Il est essentiel que les victimes retrouvent leur sens du pouvoir personnel. Au lieu de pousser quelqu’un à prendre des mesures pour lesquelles il n’est pas prêt, demandez-lui comment vous pouvez le soutenir.

Savoir où diriger quelqu’un vers plus d’aide

Vous pouvez au mieux aider unevictime en lui proposant des options et en lui laissant un espace pour décider où aller à partir de là. Le centre d’Accueil en Urgence des Victimes d’Agressions est votre destination.

Gardez un cœur ouvert

Rappelez aux victimes que vous êtes disponible s’ils aiment parler de leurs expériences plus en profondeur. Le parcours de guérison peut être long. Cela peut être plein de nombreuses conversations difficiles, mais parfois joyeuses et libératrices. Cela peut faire une grande différence pour une victime de savoir que vous êtes là pour l’aider tout au long du processus.

(Visited 13 times, 1 visits today)
Partager l'article sur :