Découvrir l’habilitation électrique

Avec l’omniprésence des réseaux électriques dans notre environnement, les risques électriques demeurent une réalité à ne pas négliger. Qu’il s’agisse d’installer, de dépanner une installation électrique ou tout simplement de remplacer une ampoule, l’électricité demeure une source potentielle d’accident grave. C’est la raison pour laquelle depuis le 1er juillet 2011 l’habilitation électrique est obligatoire.

Qu’est-ce que l’habilitation électrique ?

Les interventions les plus simples et les plus courantes peuvent être à la source de graves accidents. La moindre intervention à proximité, ou sur un réseau électrique représente une source potentielle d’accidents. Et il est à noter qu’en ce qui concerne les accidents du travail, la mortalité liée à l’électricité est 15 fois supérieure aux autres causes.

Autrefois facultative, la formation d’habilitation électrique est devenue obligatoire depuis le 1er juillet 2011. Elle garantit que l’employé a reçu une formation suffisante pour travailler sur une installation électrique, ou dans sa proximité.

Elle s’applique bien entendu aux intervenants dans la mise en place et le dépannage d’installation électrique. Mais elle va bien au-delà, puisque dans tous les secteurs d’activité, elle concerne les employés pouvant être amenés à travailler à remplacer une ampoule, un chauffage électrique, ou effectuer des travaux de peinture autour d’une prise de courant. Car malgré leur apparente simplicité, ces interventions constituent cependant des sources d’accidents potentiels.

Comment obtient-on une habilitation électrique ?

C’est l’employeur qui délivre l’habilitation électrique à son salarié. Le document doit spécifier le type d’opération que l’employé est autorisé à réaliser. La délivrance de l’habilitation électrique ne dégage cependant pas l’employeur de sa responsabilité, notamment en ce qui concerne la prévention des risques.

La délivrance de l’habilitation est conditionnée à une formation d’une durée variant entre 1 et 3 jours. La durée de la formation varie en fonction du niveau d’habilitation désirée. Cette formation doit être répétée tous les 3 ans. L’habilitation électrique ne pourra en aucun cas être considérée comme la reconnaissance de compétences en électricité, électronique ou électrotechnique.

À quoi correspondent les différents sigles ?

L’employeur a pour charge la délivrance d’une habilitation électrique, spécifiant qu’elles opérations l’employé sera autorisé à réaliser. Elle a été codifiée au moyen de lettres et de chiffres. Ainsi la première lettre qui est en majuscule informe sur le domaine de tension électrique :

– B pour installation à basse tension ou très basse tension,

– H pour installation à haute tension.

Le second caractère informe sur le type d’opérations que l’employé pourra réaliser, P indique par exemple des interventions sur installations photovoltaïques. Un troisième caractère est parfois ajouté pour plus d’informations.

(Visited 855 times, 1 visits today)
Partager l'article sur :